Amandine a décidé de retenter l'aventure Nouatre aprs son succès de 2016, Cette fois-ci elle est tombée sur plus forte ;)

Amandine :

Victorieuse de l'édition 2016, me revoilà présente sur la ligne de départ pour cette 34e édition. Repérage de la côte du Lavoir à l'échauffement (gros plateau,petit plateau? ah oui, petit plateau !). Une fois le matériel installé au parc, départ en bus pour la mise à l'eau en rivière.

Retour sur le triathlon de Quimperlé dans sa version M. Récit à lire jusqu'au bout car on finit sur un scoop.

Nicolas B. :

Je prends ma petite plume pour vous conter l’aventure d’un triathlon M (mais XXL sur l’échelle du plaisir).

J’ai donc participé au triathlon de Quimperlé, le 04 juin dernier. J’ai décidé de concourir sur cette compétition car je souhaitais vraiment nager en mer. C’est beaucoup plus agréable que de barboter dans la Mayenne, infesté de nombreuses bestioles éminemment nuisible pour l’homme.

Après 2h30 de route, j’arrive 2 heures avant l’ouverture du parc. Cela me laisse le temps de me préparer convenablement, sans la précipitation. Le rituel de préparation est engagé : « c’est toujours les mêmes gestes, d’abord la jambe gauche, chaussettes, chaussures, puis la jambe droite et puis une gorgée de Contrex » (mon contrat minceur). Je décide de partir 45 minutes à vélo pour découvrir les lieux. Le temps est très clément, le soleil est au zénith, et un léger vent est également de la partie. Les conditions sont optimales. Cet échauffement sur ma monture me procure de bonnes sensations et surtout m’ a permis d’observer que la région était truffée d’endroits forestiers et ombragés. C’est une belle nouvelle pour la course. Car la chaleur commence à se faire ressentir.

Antoine profite d'un weekend entre copains pour se faire le triathlon de Salagou Format M ! Il revient sur sa course.

Petit week-end triathlon pour le fun avec mes potes du Sud à montpellier.

Petite soirée la veille sous la canicule qui se termine assez tard (enfin tôt le lendemain lol)

Levé quelques heures plus tard pour partir sur les lieux du crime.

C’est simple. En étant un peu chauvin on dirait qu'on a vu du noir et orange toute la journée !


Le S du Matin :

                Malgré un petit retard de 15min, l’épreuve s’est déroulée sous le soleil.  Nicolas Terrien est présent. Course de reprise après son fou mois de Mai-Début-Juin. Sorti 3ème de l’eau, on sent (à regarder le live vidéo ;) ) que le petit jeune a un coup à jouer. Mais de là à maintenir la tête de course même sur le vélo, franchement, on y croyait pas ! Pourtant, c’est le cas et Nico n’a plus qu’a plus qu’à dérouler sa course à pied pour l’emporter avec une bonne minute d’avance. Franck, son père, ne peut que constater la performance du fiston mais s’empare tout de même de la 23ème place (5ème Vétéran). Viennent ensuite Jean (60ème), Jacques (82ème) & Anthony (124ème).

Ce samedi 17 Juin avait lieu le triathlon Longue Distance de Vertou.

5 triathlètes du LTC avaient coché cette date dans leur calendrier : Christelle Moreau (en version relais), Cédric Lecourt (en mode entrainement pour Embun), Anthony Megneneau (en mode expérimenté), Antoine Huvet et Vincent Manoury (en mode découverte de ce format). Olivier Hameau (ancien sociétaire du club) était également présent en mode récupération après son Frenchman de fin Mai.

Avec un départ donné à 12h, l’épreuve s’est déroulée sous un soleil magnifique mais la chaleur écrasante d’environ 30°C n’a pas épargné les organismes. Le léger vent, sur la partie vélo et un halage ombragé, pour la partie course à pied ont permis de limiter la sensation de chaleur.

Après une première année de triathlon ou j'ai pu prendre de l'expérience, je savais que l'année d'après, les objectifs ne seraient pas les mêmes.

Pour cette deuxième année de triathlon, mon objectif était de participer au Championnat de France de Triathlon. Après avoir participé au France de Duathlon 2 mois avant, j'ai pu prendre conscience du niveau qu'il y avait en cadet au niveau national même si il n'y avait pas la natation.  Pour participer au championnat de France de triathlon il fallait me classer dans les 25 premiers d'un triathlon sélectif à Villiers regroupant 4 régions. En finissant 20e grâce à une bonne course à pied, je me qualifie donc pour les championnats de France cadet. Je savais, en me qualifiant, que les France allait être très dur vu le niveau des cadets en natation (beaucoup tournent aux alentours de 4'30 et moins au 400)

Deux semaines plus tard, nous voilà donc partis pour un long voyage de 10h en direction de Pierrelatte avec Julien que je remercie pour m'avoir accompagné et encouragé. Arrivés la veille, j'ai donc eu le temps de  repérer le parcours et de nager dans l'eau claire à 25 degrés.

Voici les résultats des Triathlons S et M

Lénaic fait parti de nos 7 Ironmans Finishers du Frenchman 2017. Plus qu'une épreuve, c'est un investissement sur plusieurs mois qu'il concrétise ce samedi 27 Mai. Retour sur cette épopée.

Retour sur Mon premier triathlon XXL…

Ca fait déjà 2 semaines et ce n’est que maintenant que je réalise que « JE L’AI FAIS » ce premier XXL : le FRENCHMAN 2017.

Tout a commencé par une simple discussion avec 2 ou 3 gars du club Laval triathlon lors de l’AG de fin d’année (comme quoi c’est important d’y aller…hein Julien). Sincèrement dans un premier temps je les ai juste écoutés en me disant que ce n’était pas encore pour moi, que « seuls les balaises pouvaient se lancer dans cette distance de malade ». Finalement ils ont fini par me convaincre …et ils ont eu raison.

C’est vrai que dit comme ça, les distances annoncées (3800m nage, 180km vélo, 42km CAP) peuvent faire peur à n’importe quel triathlète qui comme moi a essentiellement fait des M et 1 half en 2 ans. Mais je vous assure que 50% du travail est fait quand on se dit « ok je vais le faire et je vais me donner les moyens de le finir »

C'est une tradition ! Les 2 se suivent ! Après Laval, direction Port-Brillet pour l'enchainement des 2 triathlons Mayennais après Mayenne et avant Château-Gontier. Le samedi est réservé à un animathlon sur format XS et courses enfants, alors que le dimanche est réservé à un S et un M.

Quelques résultats significatifs sur la journée du Dimanche : Sur le Sprint du Matin, Fany Boutier gagne chez les filles avec une confortable avance ! Soso bat Catherine pour la première fois, duel aussi palpitant que le duel de la famille Brochard ! D'ailleurs le fils a battu le père ! Chez les Hommes, Julien le président prend la 2nd place devant un Nicolas Terrien (4ème) qui a participé la veille aux Championnats de France Jeunes. Mais ça on y reviendra plus tard ! ;) Beaucoup de titres départementaux et ça fait plaisir à voir ! Félicitations à tous ! 

Nous continuons avec les retours de nos athlètes et bénévoles sur le triathlon de Laval. Pour commencer, un récit de Nicolas Bouhours qui réalisait à Laval son premier triathlon Format M.

Après avoir commencé avec le club en septembre et partant de loin (je ne savais pas vraiment nager le crawl, courais une fois par mois), histoire de pimenter la chose j’ai décidé de commencer directement par un format « M » et sur le tri de Laval ! Je redoutais un peu la natation, je me suis placé tout derrière, après 100 mètres finalement il s’avérait je n’étais pas le plus lent et j’étais pas mal gêner par les pieds de devant, une déportation sur un côté et j’ai pu trouver mon rythme. C’était plus tranquille dès la moitié de la course ou des écarts avaient pu être faits. Au final je sors à plus de la moitié du paquet. Content je pensais vraiment sortir plus loin que ça.

 Une transition olympique (quasiment 4 minutes, un peu de mal a enlevé la combi et j’ai réussi à perdre le capteur, le scratch c’était pris dans celui de ma combi sans le voir. Un peu de panique et quelques places de perdu mais ça m’apprendra a mal m’organiser), hop me voilà sur le vélo. Hormis avoir fait tomber mon bidon et avoir dû faire demi-tour pour le récupérer, tout c’est bien passé ! Mon gabarit m’avantageait plutôt dans les montés que proposait le parcourt et j’ai pu récupérer une quinzaine de place. Une transition sans accroc et me voilà parti pour la course à pied sous un beau soleil ! Un peu trop même, je suis parti sans doute trop vite vu les conditions et j’ai tenu 1km après plus rien dans les jambes. J’ai essayé de limiter la casse durant le reste. Ce qui me rassure c’est que je n’étais pas le seul dans ce cas. Finit avec un peu de souffrance en 2h32 ! (92/143 a l’arrivée).