Samedi 10 Septembre 2016. La fameuse journée clé de 2016. Les Jeux Paralympiques d’un côté mais ici on va plus insister sur l’autre course majeure de cette saison pour notre équipe Filles en D3 Triathlon et donc pour le club : La Finale des Championnats de France de Triathlon de Division 3. Souvenez-vous, elles sont d’ailleurs arrivées au club pour ça, Fany et Faustine, pour aider Amandine, pour créer une entité « Laval Triathlon Club » et rivaliser avec les meilleures équipes de D3. Fany, Faustine & Amandine partent en campagne ce samedi pour montrer du noir et orange sur la scène du triathlon national avec cet objectif, l’accession à la 2ème division.

Régis Mahé les suis tout l’été. On essaie de maintenir un maximum les regroupements clubs avec les gars au nom de cet engouement ressenti depuis Sablé et Jard/mer, voir même depuis les duathlons ! Personne n’oubliera le soutien de Faustine spectatrice à St Jean-de-Monts, ni même la participation prématurée de Fany à la saison complète de duathlon ! Catherine et Manu sauvent la mise sur le sélectif régional pour permettre de concilier Duathlon et Triathlon quand les épreuves se croisent.

Les filles ont travaillé ce rendez-vous ; un été sans repos sportif, quitte à amener le vélo en vacances. Les accompagnants sont aussi là. Séb, Antoine, Solène, Gaëtan, Julien et Romain ont fait le déplacement par passion et par soutien. On se retrouve avec plus d’accompagnants que d’athlètes, c’est pour dire ! Nous y croyons et nous sommes de tout cœur avec vous.

Ça se passe donc à St Gilles-Croix-de-Vie en Vendée avec une natation en mer déchainée mais sous un temps clément. Ça se passe sur un format Sprint avec drafting pour faire ressortir 3 équipes pour la D2. Les espérances, pourtant réelles à la sortie de l’eau avec les 3 filles très bien placées, vont très vite disparaître au coup de fil de Romain qui annonce la crevaison d’Amandine. Pas de joker, pas de 4ème ni de 5ème fille, nous avions misé sur une course parfaite, le sort s’acharne (Rappelez-vous la finale de Duathlon pour les gars !). C’est le dépit pour tout le monde. Aussi bien chez Amandine, impuissante, que chez les supporters frustrés. On donne de la voix pour sauver l’honneur. Les filles le font très bien et réalisent la course que l’on attendait d’elle. L’émotion est palpable à l’arrivée. Tant d’efforts pour rien, c’est la loi du sport. Certaines craquent, les autres les soutiennent. Les sages diront qu’il faut des bas pour mieux apprécier les hauts.

Je sais que nous ne sommes pas champions olympiques, ni même en quête de cela d’ailleurs, ce n’est que de la D3. Mais cela ne nous empêchera pas de vivre ces moments de sports. Ce samedi j’ai vu un groupe, j’ai vu un club, un vrai où chacun agissait pour les autres. C’était beau.

Gaëtan