Les Lavallois étaient présents sur les 3 distances proposées à Chassenon, sur un site naturel très appréciable pour les triathlètes:
Un beau plan d'eau, une petite plage, un grand parc à vélo sur herbe, un circuit vélo sur de belles routes assez larges et une course à pied changeante et sécurisée en campagne.

Pierre Violeau s'est élancé en premier sur ses terres natales sur la distance S. Un premier triathlon de la saison pour se tester et une belle 15ème place à la clé.
Eléonore Marchadier a ensuite découvert la discipline sur le XS.
Voici son résumé:

"Au moment de partir m'échauffer, la pluie commence à tomber. Plus le temps passe, plus elle tombe fort. Du coup, je ne me suis pas vraiment échauffée, juste un peu sous un abri en attendant l'ouverture du parc à vélo. Plus le temps passait, moins j'avais envie de faire la course. En plus de la pluie, il y avait plein de vent. J'avais très froid. 

On part pour la natation, les filles un peu sur le côté. Je fais un départ canon, sauf qu'à peine j'ai mis la tête dans l'eau, mes lunettes s'enlèvent. Je les remets, et vois les gens passer devant moi, ça m'énerve. Alors je nage le plus fort que je peux, sans regarder où je vais. Quand je relève la tête, je vois que je me suis bien écartée. J'essaie de me rapprocher de la bouée, mais je passe quand même à trois bons mètres d'elle. Pareil pour la deuxième. 

En sortant de l'eau, je ne comprends plus rien de ce qu'il se passe. Je vois Pierre, qui m'encourage et se met juste derrière mon vélo. J'y vais, galère à enlever ma combi, et repars en courant avec mon vélo. Il me dit que je fais 6 pour le moment, et qu'il y en a 3 a juste quelques secondes. 

Sortie du parc, je monte sur le vélo, et j'ai du mal à mettre mes chaussures. Je roule aussi vite que je peux, mais très vite, j'ai plus du tout de jus. Pleins de gens me dépassent (26 sur les 11km). Entre le vent et la pluie, les bras me brûlent. 

A la fin du vélo, j'entends Manu et Pierre. Je finis le vélo en même temps qu'une autre fille. Je me précipite, et n'arrive pas à enlever un de mes pieds. 

Sur la transition, je grille deux filles. Je m'enflamme et pars comme une bombe pour la course à pied. Au bout de trois ou quatre cents mètres, je suis complètement grillée. Je vois les deux filles me doubler, ainsi qu'une autre un peu plus tard et quelques garçons. Après avoir un peu récupéré, je commence à prendre du plaisir, et à accélérer un peu. Malheureusement, je suis presque au bout. La fin, avec les deux cent mètres dans le sable est quand même bien horrible.  Une fois la ligne franchie, je me dis même que j'aurais bien couru encore un peu.  

Au final, je suis un peu déçue de ce que j'ai fait, surtout pour la natation, mais j'ai quand même pris beaucoup de plaisir. "

Bravo à elle, les conditions étaient très mauvaises sur sa course et pour une première, ce n'était vraiment pas facile.


Enfin, après la pluie du midi quatre autres Lavallois se sont lancés sur le M.

Antoine Commère s'est accroché le plus possible au meilleur du jour (sans drafter bien sûr) pour finir à une belle 2ème place.
Régis Mahé sortit dans le premier quart en natation remonte en vélo et en course à pied pour finir à la 5ème place.
Le troisième homme, Bruno Gaigner après une bonne natation a malheureusement chuté dans un virage très raide en vélo.

Emmanuelle Rousseau finit quand a elle 3ème femme.
Voici son résumé:

"Nous n'étions que 4 femmes en solo au départ. Du fait de notre départ aménagé sur le côté de celui des hommes, j'ai tout de suite vu la première partir très fort en natation. Je ne suis pas aussi à l'aise à nager en combinaison que sans et je perds du temps. Ce triathlon est plus un test pour moi qu'un objectif. C'est même un entrainement en vu du 70.3 de Aix en Provence le 15 mai prochain. Du coup, je ne m'affole pas. J'essaie de perdre le moins de temps possible en transition, même si je mets une veste et des mitaines pour être à l'aise en vélo. La fin du vélo est dangereuse car une bonne averse s'abat sur nous et je passe un virage presque à l'arrêt pour ne pas tomber. La transition course à pied se passe bien même si je ne sens pas du tout mes pieds du fait du froid. Je n'ai pas une super foulée, mais j'arrive à être en fréquence. J’aperçois la troisième et la double à la fin du premier tour. J'accélère un peu pour ne pas qu'elle s'accroche mais elle ne tient pas et je finis sur un bon rythme avec des partenaires de course bien sympathiques.
Une belle organisation et un beau site non loin du marais poitevin, je recommande ce triathlon."