Ce dimanche 15 juin avait lieu le 3e Triathlon International de Deauville. Un triathlète du Laval Triathlon Club a fait le déplacement. Récit de mon premier CD (Format M) :

« Bon ça y est… Je me sens grandi ! Je suis devenu, dimanche dernier à Deauville, « finisher » de mon premier triathlon Courte Distance (1,5/40/10). Il y a un an je commençais le triathlon sur les mêmes routes (sur l’épreuve Découverte) et cette année je franchis ce cap toujours à Deauville ! Tout un symbole ! Petit résumé d’une superbe journée, haute en intensité et en émotions aussi !

Samedi 14h30 (H-24) : L’organisation ne fait pas dans la dentelle pour cette 3e édition. Présentation Powerpoint de plus 30min sur le déroulement de l’épreuve du lendemain. Digne des plus grands pour ce triathlon qui accueille tout de même plus de 2600 athlètes sur le weekend (épreuves L, M, XS, kids). Puis vient une petite reco’ du parcours vélo. Wahou ! J’adore. Ils ont refait toutes les routes non ? Un rendement très bon, un cadre sympa (même si on n’est pas là pour ça logiquement), 3 bonnes grimpettes sans que le reste ne soit un billard non plus. Je me sens à l’aise ! Bon à 120 puls/min on se sent toujours bien…

Dimanche 7h : Wake-up ! On commence les préparatifs (sacs transitions, alimentation, etc…)  et surtout on se dirige vers le départ du Découverte pour regarder le père dans ces œuvres !  Et déjà on commence à stresser pour la natation vu comment les 700 participants de l’épreuve XS semblent galérer contre les vagues… 1 heure 25 plus tard débrief’ avec le Papa et son pote sur leur course. Mais pas le temps de s’attarder on est à H-3 et les sacs ne sont toujours pas prêts !

Dimanche 12h : On se dirige (avec Ben, un pote de Dinan Triathlon) vers le parc vélo. La pression monte. Mais l’organisation gère tellement bien que les formalités se passent comme une lettre à la poste ! Génial. Petite pause – repos – assis sur les fameuses planches avec à l’horizon la mer qui commence à s’agiter de plus en plus… En combi, à 45min du départ, on se dirige frileusement vers le bord de mer. 5min sont nécessaires pour se motiver à y aller. Faut dire qu’elle n’est pas forcément très attirante aussi ! Les premiers gestes sont difficiles, le premier rideau de vagues semble insurmontable. Le cardio s’affole et ce n’est que l’échauffement…

14h00 : Ca fait 8 mois que je m’entraine pour ce premier vrai rendez-vous de cette saison. Mais ca ne m’empêche pas d’avoir peur. On est 850 sur la ligne de départ. L’organisation essaie de nous détendre avec des olas et des « Put your hands up in the air ». Mais rien à faire je suis limite en train de paniquer à l’idée d’aller rejoindre la première bouée à 300m face aux vagues et au courant.

PAN. Et là c’est parti. C’est parti pour 33min à se faire balancer de tous les côtés, à jouer des coudes, à littéralement se casser la figure entre « hauts de vagues ». Et là tu penses au coach-piscine  qui te conseille de poser ta nage… Mais tu n’y arrives pas ! Tu fais deux battements, tu prends un haut-le-cœur et tu bois la tasse… Bon finalement j’y suis parvenu un peu plus tard. Mais pas sans mal… Sortie à l’australienne au bout de 750m (certains n’apprécient pas, moi ça m’a permis de souffler !) et c’est reparti pour la 2e boucle. Au final je sors 34e de l’eau (très surpris). Maintenant place au vélo.

Première montée après 2km. 1km à 15%. Ca calme. Mais ça me permets de voir des gars à reprendre. Et là c’est parti. Avec un collègue de Cesson (si ma mémoire visuelle est bonne) juste devant on fait 20km en reprenant régulièrement des gars. Bien manger, bien boire, j’ai bien appliqué tes conseils coach ! Bon je vomis deux fois quand même en buvant trop d’un coup je pense (les ballotages de la natation font leurs effets aussi). 20km à l’aise. 2e grimpette je lâche même mon collègue du jour pour continuer tout seul. J’ai les jambes ! Trop bien ! Je recolle deux autres gars encore. Décidemment ! Dernière grosse difficulté sans trop forcer. Il y a quand même 10km à pieds derrière ! Au final je pose le vélo 18e dans les roues (à 7m plutôt !) du 16 et 17e scratch. En fait je prends le 6e temps vélo (34km/h de moyenne, du D+ !).

Transition correcte. Je repars avec mes 2 compères. Mais ça va trop vite ! J’ai sans doute un peu trop forcé en vélo… Ils s’éloignent gentillement durant la première boucle (2 x 5km). Le passage sur les fameuses planches est bien sympa mais le vent violent rend les choses compliquées…  Deuxième tour je me fais un camarade de course (dans son premier tour lui) avant de le déposer au 8e kilomètre pour tenter de résister à deux fusées qui me reprendront quand même à 500 mètres de la ligne d’arrivée. Plus de jambes… Sans m’en rendre compte j’ai dû doubler du monde à T2 puisque que je finis à la 17e place scratch en 2h27min (40:21 pour le 10K (réel)), 13e scratch sans les équipes et 3e en SH1 ! Pas mal pour un premier non ? 660 arrivants pour 850 au départ (beaucoup d’abandons en natation il paraît).

Voilà c’était le récit de mon premier CD ! A jamais gravé dans ma mémoire. Je me suis bien préparé pour ce triathlon grâce notamment à mon intégration au Laval Triathlon Club et le travail a payé comme on dit. Merci aux coachs. Merci à Régis pour la planification, la course à pieds et le vélo et Pierre pour la nat’ (ce n’était pas gagné en octobre dernier hein !). Maintenant je ne m’arrête pas là, c’est un bon premier mais j’en veux d’autres ! La saison promet encore pleins de belles choses… Les prochaines aussi ».