Pour mon premier triathlon, j'avais choisi d'être chez moi. Ce jeudi matin, Anne m'accompagnait et je l'en remercie très chaleureusement ! Elle m'a sans doute évité quelques écueils de débutant, en me dispensant quelques bons conseils d'avant course...

Malgré tout, quelques anecdotes :

Première petite montée d'adrénaline dès le briefing, quand je m’aperçois que j’ai oublié mes lunettes de nage dans mon sac, déposé à la consigne.

Après le briefing, Anne me presse un peu pour nous mettre à l'eau. Pour ma part je ne suis pas pressée. En ce début du mois de mai, il fait plutôt froid, et même si le crachin a cessé, le vent lui est toujours présent.

Allez, cette fois il n'est plus question de faire demi-tour !! Je me jette donc à l'eau et suis Anne pour rejoindre la ligne de départ, au milieu de l'étang. A peine arrivées, le départ est donné. Je ne comprends pas tout de suite que la course est partie. Mais il faut bien se lancer, alors je me rappelle les derniers conseils de Dom à la piscine : « Allonger les bras, aller loin devant et pousser au fond ». Mais très vite, c'est la pagaille ambiante qui prend le dessus et m'empêche d'avancer. En effet, nous sommes près de 300 concurrents à nous être élancés, et le départ protégé est assez court, si bien que je me retrouve vite assaillie par les coups. Je regarde cette cohue, sans bien comprendre ce que je dois faire, ni où je dois aller. Jusqu'à la première bouée, c'est une envie de noyer deux ou trois concurrents qui sera la plus forte. Je n'arrive pas à nager. Plus loin, à l'approche de la bouée, je sors des tas d'algues de l'eau. Et à la bouée, pire qu'un entonnoir, il faut se « battre » pour passer !!! Sur la fin, je commence à prendre un rythme, mais je ne peux pas sortir la tête sur la gauche, où des coups pleuvent toujours.

Enfin je sors de l'eau. Je peine à trouver ma fermeture pour défaire la combi. J'arrive dans le parc à vélo presque encore toute habillée !! Le ridicule ne tue pas : je déplie une serviette pour me sécher un peu les pieds avant d'enfiler chaussettes et chaussures.

Et c'est parti pour 20 kms de vélo, sur un parcours pas trop exigeant, mais avec du vent latéral et une route humide. Le drafting est autorisé. Si bien que je prends la roue de Anne. On remonte quelques filles. Ca me fait plaisir, mais surtout mal aux jambes !!! Deux tours, à bloc, j'ai en tête les paroles d'Alain « Aujourd'hui les gars (et les filles ?), on s'arrache la gueule... ». Eh bien c’est ce qu’on a fait!!! A l'arrivée je n'essaie même pas d'enlever les chaussures sur le vélo : route trop étroite et beaucoup de coureurs... Ce serait dommage de tomber ici !

La course à pied se fera sous le crachin qui revient. Tant mieux car j'ai chaud. J'ai l'impression de ramper et non de courir, tellement mes jambes sont lourdes. Mais je donne tout, jusqu'au bout, malgré la fatigue et les échauffements sous les pieds.

A l'arrivée, heureuse, je viens de finir mon premier triathlon.

Même pas mal, ou presque pas ! Enfin je suis bien fatiguée... Mais vivement le prochain, à Laval dans 10 jours !!

Encore quelques erreurs de débutant pour ce deuxième triathlon : même si la nage s'est bien mieux passer qu'à Saint Julien de Concelles, j'ai encore fait une transition médiocre au sortir de l'eau, et je me suis un peu perdue dans le parc. Le mieux est encore au retour du vélo, où je ne trouve pas mon emplacement et tourne dans le parc, sous les moqueries gentillettes de Michel au micro !

Depuis il y a eu Port Brillet, où malgré des transitions encore plus désastreuses que sur les deux précédentes épreuves, je termine sur la plus haute marche du podium, après une course où je me suis réellement fait plaisir et où les sensations étaient bonnes !

Je remercie tout particulièrement les filles du club, pour leurs précieux conseils lors des entraînements et Anne de m'avoir accompagnée pour mes premiers pas ! Je remercie aussi Dom pour ses enseignements en natation, Seb pour les quelques séances de PPG (merci pour les souffrances surtout... ), Alain, Jéj', Jacques et tous les cyclistes du samedi pour les sorties vélo de début d'hiver.

Bientôt Saint Calais par équipe...Cette année voit une nouvelle triathlète naître, contente de se faire plaisir, en récompense d'un hiver passé à la piscine...

Espérant que ce récit fera naître de nouvelles vocations... ou incitera d'autres à reprendre du service...

Et merci au Club de Laval d'accueillir l'expatriée que je suis.